top of page

Bienvenue sur le site du secteur paroissial d'Oraison dans le diocèse de Digne.

Edito du mois d'avril 2024

Pâques, temps du (re) nouveau

A Pâques, que fêtons-nous ? La résurrection du Seigneur, bien sûr… Mais comprenons-nous bien, ce mot de résurrection ? Ne le confondons nous pas avec celui de réanimation ?  N’est-ce pas là, d’ailleurs, bien souvent, l’horizon de notre espérance : Retrouver ceux qui nous ont quittés comme ils étaient AVANT… Ainsi notre espérance se réduirait à un retour vers le passé… Alors que par sa résurrection le Seigneur nous offre une plongée vers un a-venir radicalement nouveau ! C’est bien la raison pour laquelle, Marie Madeleine, a pris le Christ Ressuscité pour le jardinier ; les disciples d’Emmaüs, pour un étranger inconnu et les apôtres pour un Esprit. Le Seigneur pour se faire re-connaître a dû susurrer « Marie », ou bien partager le pain comme lors de la cène ou simplement montrer ses plaies aux mains et aux pieds, c’est-à-dire rappeler tous les actes d’amour qu’il avait vécu avec eux, leur montrant ainsi qu’au-delà de la radicale nouveauté de la résurrection, c’est la même histoire d’amour qui se poursuit.

A Pâques le Seigneur nous entraîne donc vers l’avenir. Et bien souvent l’avenir fait peur car si le passé nous semble connu, ce qu’il adviendra de nous APRES nous échappe totalement. Il nous remet cependant une boussole pour pouvoir nous y orienter et cette boussole c’est son cœur déchiré sur la croix par amour pour nous. « Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous? » (Rm 8,31)  disait St Paul aux Romains.

C’est la même aventure que nous continuons à partager aujourd’hui. Ainsi dans notre Eglise Catholique que certains considèrent parfois comme moribonde, on peut constater dans la France entière, une augmentation très importante du nombre d’adultes qui ont été baptisés cette année le soir de Pâques. Chez-nous, à Oraison, ce sont trois  jeunes femmes qui ont demandé le baptême. Ces nouveaux membres viennent de tous horizons, touchés par le Christ de façons très diverses, connaissant peu ou pas du tout l’histoire de notre Eglise, ses manières de faire ou de vivre, mais venus seulement pour connaître la radicale nouveauté de cet amour que le Seigneur leur propose de vivre.

Nous ne pouvons, bien sûr, vivre qu’au présent, mais il nous faut le vivre non pas tourné vers un passé révolu mais en regardant droit devant un avenir qui nous est ouvert par le crucifié de pâques.

C’est pourquoi notre ensemble de onze paroisses, va pouvoir s’unifier en une seule et l’ensemble paroissial qu’on appelait « le presbytère » va pouvoir se recentrer dans le cœur de ville d’Oraison à proximité de l’église. L’aventure commencée il y a deux mille ans continue aujourd’hui à travers nous, n’ayons pas peur… Il nous attend !

P. Pierre GERARD

bottom of page