Béni sois-tu, Seigneur! 

Béni sois-tu, Seigneur, pour le matin triomphant

Qu'annonce le concert innombrable des oiseaux,

Pour la pluie qui claironne la joie d'un jour nouveau,

Pour l'odeur du foin fraîchement coupé

Et pour le bourdon qui fait écho à la cloche de l'église.

Béni sois-tu, pour le murmure de la source

Pour les montagnes, roses et bleues,

Et pour l'alouette dont le vol se perd dans le firmament,

Pour la chaude caresse du soleil, pour les genêts éclatants

Et pour la lavande mauve, pour la fourmi laborieuse

et pour l'abeille bourdonnante et affairée ( ... )

Pour l'olivier qui scintille dans la gloire de midi...

 Béni sois-tu, pour la lumière tamisée du soir

Qui pose comme un voile diaphane sur la montagne

Pour la brise fraîche et parfumée de la nuit,

Pour le rossignol émerveillé.

Béni sois-tu pour tous les sourires du monde

que tu nous as façonnés avec art et tendresse

Et que nous ne savons plus, bien souvent, contempler.